L'observatoire phénologique

0%

Protocole de suivi


Période d’observation : de début novembre à fin février.
Bien que d’autres espèces puissent aussi être actives en hiver, le lézard des murailles est celui qu’il est le plus facile à observer en hiver.

Que faut-il observer ?
Observez les murs et murets, les pierres, là où, peut-être, un lézard prendrait le soleil en hiver. Vous pouvez aller observer quand les températures sont douces et le temps ensoleillé aux mêmes périodes.

 

Pourquoi observer les sorties du lézard des murailles en hiver ?
-> Cycle de vie du lézard des murailles

Cycle-lezard1

Le reconnaître


Nom scientifique : Podarcis muralis

Couleur : dominante de marron, de brun ou de gris, avec des taches claires et foncées en bandes parallèles.

Les motifs et les couleurs sont très variables selon les individus.

Taille maximale : 20 cm, queue comprise.

Habitats et écologie


Très largement réparti sur le territoire, depuis le niveau de la mer jusqu’à 2000 m environ, le lézard des murailles est souvent observé sur divers types de substrats naturels ou anthropiques bien exposés où il prend le soleil, souvent à proximité d’un abri.

Il se nourrit de petits invertébrés de toute sorte.

Cycle de vie


Le lézard des murailles est actif toute l’année tant que la température le permet.
L’activité est ralentie lors des fortes chaleurs estivales (entre mi-juillet et mi-août), et surtout lors des grands froids hivernaux où il se réfugie à l’abri du gel (entre mi-novembre et fin janvier). Quelques observations sporadiques restent possibles en cas de douceur ponctuelle en hiver. Si les hivers deviennent plus doux, le lézard des murailles pourrait être plus actif et dépenser plus d’énergie, peut-être au détriment de sa survie…

La reproduction a lieu en avril, la ponte en mai/juin, et la naissance des nouveau-nés en août.

Saisissez votre recherche et appuyez sur la touche entrée

chenecardamine